2017-08-29_215331-amoureux

Un jour d’été, jouant avec les blés, je me suis jeté

Comme un goujat  hébété  aux délices de ta beauté

Je ne me suis pas trompé, oh reine de la sérénité

Tu m’as pris dans tes bras fille adulée de la sincérité

 

Je sautais, je souriais, fier de ma  nouvelle  conquête

Je n’avais de quête que de te  conquérir  bien  coquette

Sur le fond de mon cœur audacieux  qui sage s’inquiète

De poser sur ton âme le bonheur de ma saine  recette

 

Je ne pensais pas devoir souscrire  à ce pur amour

Mais mon esprit en goguette s’est pris à ces jeux des jours

Où l’illusion se transforme dans la vérité du  tout court

Aimer comme un fou à cet infini  sans regard du retour

 

Ta beauté espiègle m’a joué ce vilain tour de  malice

Croquer ma pensée comme ce fruit bien mûr du délice

Qui fond dans votre cœur,  vous enivre jusqu’au bord du calice

Tétanisant votre esprit mystifié par sa bonté  sans artifice

 

Et tes baisers se sont mêlés  aux rêves  de mon secret

Rituel malicieux il m’a fait abandonner mon plan désuet

De vouloir sans t’aimer  te donner sans plus  un cœur atrophié

La volupté de tes  désirs a transfiguré mes viles pensées

 

Je repasse sur le champ de mes blés, je les revois mûrs

Comme cet amour  que tu as semé sur  mon cœur pur

Maintenant est venu l’heure de te dire je te l’assure

Ma vie sera ta félicité sans nuage  pour un infini très sûr

Jr t’aime.

ƒC