2017-10-09_133240-sagesse

 

Souhait avoué d’être un sage de sagesse

Mais quelle est t’elle ?  Comment la vivre ?

Les chemins sont trop tortueux  de faiblesses

Pour  vous laisser  croire la posséder ivre

 

Bonté tu me laisses à donner mon bien

Il est trop fragile pour offrir des bonheurs

La côte est trop ardue dois-je errant,  être chien

Hanté par l’humain qui fuit  toutes les  peurs

¤

Vertu tu t’abandonnes  à la pudeur de mon esprit

Tu donnes raison à toutes les déraisons viles

Devant toi coures les violences, elles ne sont ton souci

Suis-je sage, ou ignorant d’être un simple servile

 

Oh sagesse dis moi, où est le vrai chemin

Dois-je abandonner ma vision de ton exploit

Je saurai t’entendre si tu me guides de ta main

Sans voracité j’enjamberai ton pont de  bon droit

¤

De toi je ne parlerai que du ton de la docilité

Sans obliger j’administrerai tes bonnes valeurs

Ces mots de ton langage que je  traduirai vérité

Sans ébrécher  la volonté de ses esprits solliciteurs

¤

Pourquoi ce noir, je suis resté là, bien encadré

Me tendrais -u un  piège  pour mieux me toiser

Tu ne veux pas de faille dans  mon humilité

Seul compte pour toi ma certitude de la  sauver

¤

Sagesse me voilà rassuré je resterai  toujours caché

Au creux de ta vérité où on ne te décèle jamais

La culture salutaire de ta fleur des éternels  mets

On s’en nourrit pour te conserver, empirique vitalité

ƒC