2018-01-09_145833-enfant sur la plage

 

J’ai voyagé vers tes beautés

Pour me saouler  de tes délices

Sur le sable de tes caprices

Ta jupe flirtait avec l’azur  rusé

O mon Ile

 

Le sain de tes galbes pointait

Pour biser le doux  du ciel bleu

L’orchidée enjolivait ta pureté

Et ton cœur en feu m’émerveillait

Ô mon Ile

 

J’ai rêve du virevoltant de tes mots

La douceur, de ton «a ou,  vi aim a moi »

Et je récoltais les fruits de tes pères d’attention

Comme trésors épargnés qu’on ne veut oublier

Ô mon Ile

 

J’ai  visité la demeure de tes cirques

Salazie, Mafate, Cilaos m’ont accueillie

Lieux de félicité pour mes yeux ébahis

Quand j’ai entrevu le  voile de la mariée

Ô mon Ile

 

J’ai eu désir de caresser  ta peau

Je ne m’imaginais patchwork à la  ronde

Quand tes enfants sont palette du monde

Qui traverse d’aise l’arc en ciel si beau

Ô mon Ile

 

Je me suis séparé de tes parfums

Un jour que   cyclone te ravageait

Au-delà des mers en ma neuve  demeure

Loin de toi,  Sega, maloya  ne danse plus

Et je voudrai oublier de vivre  langueurs

O mon ile

ƒC