2018-01-25_045106-les robots

Le loup s’est installé dans la bergerie’

Toujours trop maigre se dit-il être

Il va tout dévorer de ce qui lui sera fourbis

Il n’aura pour sûr aucun répit, aucun souci

Les maitres du temps lui octroient  toutes libertés

Il ne laissera au pauvre travailleur dépité

Que des rognures de vie sociale

Qu’il dissimulera en  des niches frugales

vingt et une seconde pour fabriquer

Une  voiture ballotée, chérie par l’artificiel

Un million cinq cent mille voitures par an

Pourront ‘ils vendre  tout ce fatras

Alors gageons que le loup ses rognures

Il ne les conservera  certainement pas

 

On se doit  de se  pose une question simple

L’humanité est-elle mature, consciente

Va-t-elle laisser les loups les égorger

Jusqu‘au dernier, résigner à ne se révolter

Saura-t-elle mettre règles, mettre équité

Afin  que le progrès ne désagrège nos cerveaux

Dans une folie collective sans grand discernement

 

Le revenu universel ne sera pas la panacée

L’humain a et aura toujours besoin de reconnaissance

De démontrer que le sens de sa vie est d’être utile

Le progrès nous  mène vers le fruit de l’indifférence

On ne pense plus, on ne fait plus,

 De décisions on ne prend plus

La facilité doit-elle, nous mener vers l’inaptitude

Alors OUI

Les robots vont nous rendre muet, vont nous aliéner

Voilà Fruit nouveau  que l’on  répugnera à croquer

L’employé, le travailleur, l’ouvrier dans ses difficultés

Avait trouvé sa place dans cette société  des trop riches

Ils avaient trouvé une seconde famille qui participait

Pour le  mieux vivre, le bienfait  de leur  famille intime

Qu’en sera-t-il demain, quand les loups vous auront tout pris

 

Le temps s’écoule et les loups prolifèrent

Gardons nous de penser à leur santé

Rêvons, pensons, protégeons le vrai de l’humanité

Cet humain que les loups veulent  régenter

En les ankylosant dans ce progrès mal orienté

Mal jugulé, mal déterminé, mal partagé
Car demain si l’économie est cette oeuvre

Déterminée par  la demande et  l’offre

L’offre existera-t-elle encore

Si la demande s’éteint faute de subsides

ƒC