2018-10-11_011701

 

Magie d’infirmière

 

L’infirmière sourire au bout des doigts

Le pas talentueux à l’allure  pressée

Intelligente  gardienne de ma triste  santé

De ses yeux gracieux caresse ma voix

¤

De petits mots déposés légers  au sein

De ma douleur accaparante qui se pleure

Au fond blessé de mon effrayée demeure

Elle pique ma peau sensible de gestes sains

 

Intuitive elle dépèce rigoureuse la raison

De ma souffrance rude  d’un doux remède

Me raconte l’histoire des bonnes pommades

Qui vous délasse d’une troublante inanition

¤

Au matin solitaire un petit bonjour vous sert

Et vous donnez la sève vermeille de vos artères

Joie d’une délicatesse sans autre grande manière

Elle  adoucit votre fièvre comme un régal dessert

¤¤

A la gentillette octave de doigt, clapote la veine

Elle se soumet  docile à la main de la prisée fée

Qui de sa magie vous fait oublier la mince trouée

Qui ouvre le robinet de son imperceptible  peine

¤

Elle traverse la nuit vigilante à pas de velours

Rassure vos rêves de rester  permanents éveillés

Vous chuchote des prières de sommeils dévoués

Et vous berce d’un dernier cachet qui vous savoure

¤¤

Elle fulmine au matin de vous voir trop chaud

Fièvre douce que l’attentif  regard  sage incendie

Quand votre pouls ajoute de la pression à l’envie

De braquer votre maladie au fond du  vil carneau.

ƒC