2018-11-01_112837

Sortie de mon corps

¤

Sortie de mon corps ma pensée noire  dort

Dans la nuit de la lune noire sage je me dore

Enseveli visionnaire   sous de grands  rêves

Cheminant accompagné  d’aise sur la drève

¤

Mon âme évite toutes images prémonitoires

De ces autoritaires cauchemars assommoir

Refoulés en masse indigne  sous ma fenêtre

Dans la peur que mon esprit  ne puisse  être

¤

Dans un riche monde emmuré de joies saines

Quand la force fière et fidèle  du grand  chêne

Occupe mon esprit émerveillé  sur la scène

Des jeux de la vie flash  en prodigue mécène

¤

Je me vais hardi  hors des serviles  frontières

Où les tentations sortent attentionnée  l’hiver

De la cache empoisonnée  de ma sage timidité

Pour m’emporter au  pur d’un nouvel  insensé

¤

Et se batifole persuasive  une étrange pensée

Qui se faufile entre l’espace libre  des murets

De ma raison assoiffée  en sa bonne  demeure

Quand le  temps  se joue à l’échec du malheur

¤

Et le paysage des douces  campagnes florales

Se déverse pour accompagner au soin amical

Les menuets amoureux des belles  hirondelles

Qui s’entrelacent en de gentillets  baisers charnels

¤

Le soleil enflamme d’or  du  luxe de  sa  lumière

Les amours engendrés  sortis des arides déserts

Pour s’abreuver prompts  aux flammes bénéfiques

Rutilantes  flatteuses sur d’ardents  coeurs chics

¤

Ô que nenni ! Ne repartez pas  suaves visions

Ne quittez pas ce paradis vers le silence des ions

Qui se perd dans  de morbides  traces illusoires

Quand au matin se  larmoiera ma réalité du noir

¤

Je parcours sur ce monde une route trop  virtuelle

Qui m’encourage à revivre au soir le faste  naturel

Je voudrai au fond troublant de ma sourde  défaite

Retrouver endimanché mon amour  criant à son faîte.

ÿƒC