2018-11-29_115219

 

 

Fantaisiste il était

 

Fantaisiste il était, vivait de cet excipient

Qui vous fait marcher le sérieux sur la tête

Ce badinage inventif, tranchant de belle fête

Participant à la révolution de l’intempérant

¤

Facétieux la parole au fort  timbre  enjoué

Il s’en allait de-ci de-là  sur les chemins

Aux  virages droits qui fleuraient tout malin

Le parfum de ces sourires  de la bonne santé

¤

De sa besace de bouffon il vous sortait  sage

Une plaisanterie s’alliant fidèle à son geste

Amusante fut -elle que d’une appréciation leste

Elle débroussaillait une parole rebelle de rage

 

Quand une belle s’attardait à son humour

Il avait tôt fait dans un sain  marivaudage

D’entretenir la belle au son de son badinage

Et lui contait l’amour comme un troubadour

 

Aux choses de Dieu il se laissait aller dire

En  charmes guindés  de la facétie spirituelle

Que  sa morale religieuse tenait dans sa prunelle

Quand son œil gouailleur lui servait  de  sourire

¤

Guillerette ses manières  quand accostait l’ennemi

Qui le houspillait  violent comme un malotru  amer

Sa science folâtre déposait l’autre ahuri par le flair

D’un savoir faire migrant sur son  âme de joie servie

¤

Si dans un demain vous le rencontrez en chemin

Ne lui tournez pas les talons, sage vous  faudra t’il

Le rattraper pour  un brin plaisant  de sagesse agile

En couchant votre sérieux loin d’un tueur sans dédain

ÿƒC